Fonds d'archives,  RAI en Mayenne # 1

Henri Hubert

Le maire d’Aron filme sa commune entre 1943 et 1950

Originaire d’Aron, Henri Hubert est issu d’une longue lignée de maréchaux-ferrants. Son grand-père fonde une entreprise de machine agricole en 1843, que son père et son oncle séparent plus tard en deux sociétés distinctes : Hubert Fer et Hubert Bois.
Henri Hubert part faire ses études d’ingénieur à l’ICAM à Lille, il revient ensuite à Aron diriger l’entreprise Hubert spécialisée dans le matériel agricole.

Henri Hubert devient Maire d’Aron de 1945 à 1977, puis maire honoraire, il a été aussi conseiller général de 1974 à 1979. Après guerre Il a contribué à la reconstruction d’Aron et à son aménagement. Collectionneur de vieux films, cinéaste amateur passionné par l’actualité, Henri Hubert commence à tourner dès les années 30 et continue jusque dans les années 90.


Les 9 films confiés à la ville d’Aron par les enfants d’Henri ne représentent qu’un petit échantillon de sa production. Il a tourné des films familiaux mais aussi pour des associations ou d’autres communes mayennaises. Tous les films n’ont pas pu être conservés mais certains d’entre eux pourraient encore être retrouvés.

Merci à Magali d’Argentré et la ville d’Aron ainsi qu’à Pierre Hubert.

Réception de Mr le Curé

1943, 9,5mm, N&B, muet, Henri Hubert
Le 20 octobre 1943, les aronnais se réunissent route de Grazay pour accueillir le nouveau Curé : le père Luc Baglin. Les présentations terminées, un cortège s’organise et défile jusqu’à l’église Saint-Martin (détruite un an plus tard lors de la bataille d’Aron). Puis direction le presbytère pour le vin d’honneur.


Championnat d’Anjou

1943, 9,5mm, N&B, muet, Henri Hubert
Le 7 novembre 1943 les footballeurs d’Aron et de Javron s’affrontent pendant le championnat d’Anjou.
Les supporters s’agitent au bord du terrain, le Curé Baglin assiste lui aussi au match qui sera remporté par l’équipe aronnaise.


Aron après la tourmente

1944, 9,5mm, N&B, muet, Henri Hubert
Août 1944, Henri Hubert filme la ville défigurée. Suite à la bataille d’Aron la commune fût la plus sinistrée du département. Plus de 50 maisons furent incendiées ; avant leur retraite, les allemands détruisirent l’église, le presbytère et l’école des garçons.

En septembre le préfet Robert Dupérier se rend à Aron pour une visite officielle.


Fête de la libération

1945, 9,5mm, N&B, muet, Henri Hubert
Mai 1945, les aronnais descendent dans la rue afin de célébrer la victoire des Alliés sur l’Allemagne nazie. Les habitants défilent en brandissant un pantin vêtu de l’uniforme ennemi, un couteau planté à la place du cœur.
Chants, discours et danses se succèdent dans des effusions de joie.


Notre Dame de Boulogne

1945, 9,5mm, N&B, muet, Henri Hubert
La statue de Notre-Dame de Boulogne, évacuée sur Lourdes au début de la seconde guerre mondiale, fit son grand retour qui dura plus de 5 ans de 1943 à 1948. Quatre exemplaires de Notre-Dame sur sa barque partirent des 4 coins de la France et parcoururent 16000 paroisses. Ces processions nationales furent l’occasion de grandes démonstrations de foi dans les villes et villages. Notre Dame du grand retour devint le symbole du retour de la paix, de la foi mais aussi du retour des prisonniers et déportés.

Dans les rues d’Aron décorées pour l’occasion, un cortège composé des scouts, des membres du clergé et des habitants se forme. Les fidèles se déchaussent et suivent la statue, pieds nus, les bras en croix en priant et chantant. La statue s’arrête devant la mairie. Les plus jeunes viennent embrasser la statue de la Vierge à l’enfant avant que ne commence une grande messe extérieure célébrée par le Curé Baglin.


Première fête communale après la Libération

1946, 9,5mm, N&B, muet, Henri Hubert
À peine un an après la fin de la guerre, la ville d’Aron panse ses plaies et prépare la reconstruction. Mais en ce jour de juin, l’heure est à l’unité et aux divertissements.
Entraînés par la fanfare, les habitants se retrouvent pour la première fête communale organisée depuis la libération. Les villageois participent ou assistent à une course cycliste, aux jeux du casse pots, de la course à l’œuf ou du mât de cocagne. Ils se réunissent enfin pour un hommage aux victimes de la guerre devant le nouveau monument aux morts.


Le cardinal Suhard en visite à Aron

1946, 9,5mm, N&B, muet, Henri Hubert
Le Cardinal Emmanuel Suhard, originaire de Brains-sur-les-Marches est archevêque de Paris entre 1940 et 1949.
De passage à Aron, il vient à la rencontre des habitants. Le Curé Baglin lui fait visiter la ville et ses stigmates. lls assistent ensemble à la pose de la première cloche de l’église à reconstruire.


De Gaulle à Aron

1950, 9,5mm, N&B, muet, Pierre Hubert
Tout occupé à l’organisation de l’accueil du Général de Gaulle à Aron, Henri Hubert confie sa caméra à son fils Pierre.

Rémi Lochain a lui aussi filmé la visite officielle, son film est en ligne sur le site Mémoire de CICLIC.


Découvrir d’autres fonds

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résidence d’archives itinérante en SARTHE du 23 au 28 octobre

X