Bobines sarthoises,  Fonds d'archives

Daniel Veegaert

Acteur du territoire

Daniel Veegaert est né en 1949 à Bouloire, dans la Sarthe et y a toujours vécu. Il a été employé municipal de 1965 à 2008, en tant qu’agent de bureau, puis comme secrétaire de mairie, remplissant le rôle de directeur général des services. Dans ce cadre, il a côtoyé des responsables politiques des domaines sportif, associatif et culturel de Bouloire, mais aussi ceux du Département de la Sarthe, de la Région Pays de la Loire, de l’État et de l’Europe, autour de projets pour sa collectivité.

Passionné de football, il a joué durant 42 ans dans les équipes locales de l’Union Sportive de Bouloire, entre 1963 et 2005. Il pratique tout aussi assidument le théâtre amateur dans une troupe locale, le « Théâtre de l’Échauguette », à la fois dans la création et la représentation. Il aura ainsi participé à une quarantaine de pièces entre 1978 et 2020 et s’investit dans l’élaboration et le déroulement du festival de Bouloire entre 1979 et 2007.

Photo argentique et numérique, en passant par le Super 8

Daniel Veegaert commence à s’intéresser à la photographie argentique vers l’âge de 14 ans. Il découvre cet art grâce aux ateliers du Foyer Rural de Bouloire.

En 2008, il revient vers la photographie, cette fois en numérique. Il s’engage durant plusieurs années dans le suivi photographique de diverses manifestations sportives et culturelles. Parade des Pilotes de 24h du Mans, Festivals de Saint Lyphard à la Ferté Bernard, spectacles de rues et stages ou journées artistiques, etc.

Il a réalisé plusieurs expositions sous forme de séries :
– « Les Pères », avec le concours de la médiathèque de Bouloire,
– « Les Trognes », ou la richesse des arbres têtards, en collaboration avec le Syndicat d’Initiative de Bouloire et le Syndicat Mixte du Perche Sarthois,
– « Les Mains », en collaboration avec le Comité Mains d’Art de St Michel de Chavaignes et le Centre d’Étude et de Diffusion de Techniques d’Expression.

Entre sa découverte de la photo à l’adolescence et son retour vers cette première passion au moment de sa retraite, Daniel Veegaert s’essaye au cinéma en amateur. De 1975 à 1982 il immortalise les fêtes familiales et des manifestations locales. Il tournait avec une Caméra Bell et Howell Super 8.

Il nous confie ses films personnels (anniversaires, repas de famille, fêtes scolaires, sorties et vacances), ainsi que les deux films qu’il a tourné lors de la Fête du Parti Socialiste au Mans, le 1er mai 1976.
En plus de ses 28 bobinots Super 8, il nous apporte 5 cassettes VHS. Ces vidéos concernent le festival de Bouloire. Elles ont été tournées collectivement par les membres, acteurs et organisateurs.

Le Festival de Bouloire

Cette manifestation, née en 1979, s’implanta grâce à l’engagement des bénévoles et à l’engouement du public. La municipalité décida alors de racheter un ancien hospice appartenant à une congrégation religieuse, situé au cœur du village et de le réhabiliter en espace culturel. Ce projet avait également pour but de proposer un lieu dédié aux futurs répétitions et représentations théâtrales.

A travers les vidéos, nous découvrons des images des dîners-concerts, pièces de théâtre, marchés à l’ancienne, démonstrations de vieux métiers, théâtre de rue. Tous les espaces et lieux d’accueil étaient réservés pour l’occasion : salle polyvalente, parking, gymnase, Place du Château. Lors des dîners-concerts, il fallait parfois servir jusqu’à 600 couverts. C’est Roger Papin, bénévole bien connu du territoire, qui prenait les commandes de la restauration.

Le festival se déroulait sur trois jours et dynamisait le village avec un programme intergénérationnel
Le Théâtre Epidaure a pu ouvrir 5 ans plus tard, en 2001.
Le festival a existé jusqu’en 2008, soit durant 29 années.
Aujourd’hui, en 2023, la troupe du Théâtre de l’Échauguette continue d’exister.

Le théâtre Epidaure, qui a accueilli notre résidence, est un espace culturel qui centralise la bibliothèque de Bouloire, un théâtre pouvant accueillir 160 personnes, les bureaux de la « Compagnie Jamais 203 ». Quant à la programmation culturelle et l’accueil des artistes, c’est l’association du Théâtre Epidaure qui en est chargée.

Merci à Daniel Veegaert d’avoir enrichi toutes les images de ses commentaires éclairés.

La Fête de la Rose

1976, Super 8, Couleur, muet, Daniel Veegaert
Raymond Douyère, maire de Bouloire de 1971 à 2000, a impulsé la fête du Parti Socialiste de 1976, qui fut nommée « Fête de la Rose ». Cette fête se déroule le 1er mai au bois de l’Epau, au Mans et a rassemblé entre 5000 et 6000 personnes. A cette occasion, François Mitterrand ainsi que Catherine Lara et Maurice Biraud sont présents. Tous les stands sont tenus par des bénévoles, militants du Parti Socialiste. Leur implication a permis le financement de campagnes politiques. A la tribune, François Mitterrand explique aux militants Sarthois pourquoi il faut s’allier aux communistes.

Festival de Bouloire 1993 – la troupe du Théâtre de l’Echauguette

1993, VHS, Couleur, sonore, réalisation collective
Le maire a également encouragé la création d’une troupe de théâtre dans le but d’animer le territoire et de financer la restauration du château de Bouloire. C’est en 1978 que la troupe du « Théâtre de l’Échauguette » est créée. Dans le même élan, le Festival de Bouloire arrive l’année suivante, en juillet 1979.

On découvre dans cet extrait la troupe dans une interprétation de la pièce « Le Capitaine Fracasse ». La représentation se déroule le 12 juillet 1993 à l’arrière du château et de l’église de Bouloire.


Festival de Bouloire 1992 – la pompe à bras des pompiers

1992, VHS, Couleur, sonore, réalisation collective

Sur la place du Château de Bouloire, lors du marché à l’ancienne, un groupe de bénévoles active une pompe à bras. Cet engin hippomobile ou tiré à bras, a été utilisé jusqu’au début du XXème siècle. Les pompiers pompaient…


Festival de Bouloire 1993 – les lavandières

1993, VHS, Couleur, sonore, réalisation collective

Un groupe de femmes présente le métier de lavandière. Elle se rendent au lavoir du village avec des brouettes en bois contenant des cuves d’eau chaude, dans lesquelles baigne le linge. Puis elle s’installent comme à l’époque pour frotter le linge et le rincer dans l’eau de la source.

Article rédigé par Elsa BLONDONT, dans le cadre de sa formation au CNAM.

Découvrir d’autres fonds

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Appel à films tournés dans le

X